Dossier Expatriation : les démarches administratives

Il est parfois bien difficile de s’y retrouver parmi toutes les démarches administratives, et ce, même dans son propre pays ! Alors qu’est-ce que ça doit être quand on parle de mariage, de retraite ou de binationalité dans un pays étranger… !

Voici donc quelques articles sélectionnés pour vous afin de vous permettre d’y voir un peu plus clair dans toute cette paperasse !

Investir.fr vous propose ici un petit article sur le mariage : les règles élémentaires (et des fois surprenantes!) à connaître pour ne pas avoir de mauvaises surprises…

Ici, vous avez un magnifique témoignage sur la binationalité et le renouvellement de papiers d’identité, ou comment exaspérer les plus patients d’entre nous !

Plus général maintenant, une petite explication concernant le site MonConsulat.fr, qui permet de mettre à jour ses données personnelles, de consulter une situation électorale ou des données de sécurité : un coup de pouce pour faciliter vos démarches administratives !

Notaires.fr vous a concocté plusieurs guides pour les français de l’étranger, téléchargeable en format PDF. De la fiscalité des donations aux plus values immobilières, vous y trouverez votre bonheur !

Et enfin, un dernier point sur la retraite à l’étranger

Avec en premier un classement des 10 destinations préférées des français pour les retraités, puis un article de Capital.fr sur la couverture sociale selon les pays et enfin vous trouverez ici un dossier bien complet sur vos droits pour la retraite.

NB : cet article sera mis à jour au fur et à mesure en fonction de l’actualité et de nouveaux articles parus … n’hésitez donc pas à revenir !

Si vous avez d’ailleurs des idées d’articles pour compléter ce post, n’hésitez pas à nous les suggérer en commentaires !

Enfin, tous vos commentaires concernant votre expérience en terme de démarches administratives à l’étranger sont les bienvenues !!

L’info en plus ! : N’oubliez pas de consulter notre Guid’Expat pour vous aider dans toutes vos démarches liées à l’expatriation

Et sinon, n’hésitez pas à poser toutes vos questions à la communauté sur votre site préféré 🙂 : www.expatunited.com !

Parcours d’un expatrié globe-trotter, retraité en Uruguay… !

Après avoir gagné haut la main au jeu concours « Expatriés à vos tabliers » avec son Asado (viandes et saucisses grillées au parillero) qui a donné envie à plus d’un… nous vous proposons comme à notre habitude de découvrir le parcours Alhan, expatrié en Uruguay. Grand voyageur, il n’en est plus à sa première expatriation, mais cette fois-ci, il a tout quitté pour l’Uruguay !
Laissez-vous entraîner au fil des lignes par cet ancien journaliste, et vous y découvrirez un pays aux milles saveurs… !

  • Expat United : Depuis combien de temps es-tu expatrié en Uruguay ? Quelle est ton activité ? ton parcours professionnel ?

"C'est moi ! Elle date du mois dernier."

Je suis né en Alsace il y 62 ans. J’ai fait mes études à Strasbourg. J’ai ensuite vécu à Reims, à Paris, dans l’Orne et enfin dans la Mayenne. Je suis retraité. En fait, je n’ai pas beaucoup travaillé dans ma vie ; à peine 20 ans dans l’administration. Ma dernière occupation : correspondant de presse. Je suis un globe-trotter dans l’âme. J’ai fait 5 tours du monde et parcouru 78 pays. Je suis arrivé en Uruguay le 13 mai 2011. Je me suis installé au cœur de Montevideo, dans Ciudad vieja, où j’ai acheté une maison coloniale.

  •  EU : Qu’est-ce qui t’a motivé à partir ? Départ à l’aventure ou bien préparé?

J’ai connu d’énormes soucis de santé : cancers et gros ennuis cardiaques. Je vivais seul dans un château avec mon chien, mes 4 chats et mes volailles. Ajoutés à cela un divorce récent et une retraite modeste : il était grand temps que le cours de ma vie change. L’occasion s’est présentée par hasard via internet, avec Pablo. Il m’a proposé de venir en Uruguay.
Vieux, seul et malade, j’ai accepté ; comme tout au long de ma vie, sans prendre le temps de la réflexion. J’ai tout vendu (et ce n’est pas aisé de vendre un château en temps de crise!) et je suis parti, avec mes animaux. Pas facile, pas évident et plutôt coûteux, mais je n’ai à aucun moment imaginé de les abandonner. C’est donc un peu à l’aventure que je suis parti.

  •  EU : Comment s’est passé l’intégration dans ton pays ? 

Aucun souci pour les animaux, ils se sont bien adaptés. Quant à moi, je suis toujours en cours d’intégration. J’ai un peu de mal à m’habituer à la façon de parler (espagnol) des uruguayens.  Je ne comprends pas toujours tout (cela doit être l’âge…). Il faut apprendre à être patient. La devise du pays semble être : « tout vient à point à qui sait attendre ». Mais personne ne fait rien pour accélérer le cours des choses. Parfois j’ai aussi comme l’impression qu’on me prend pour un tiroir-caisse.

  • EU : Est-ce ta première expatriation ? Quels autres pays as-tu fait ?

Ce n’est pas ma première expatriation. J’avais déjà fait des séjours prolongés en Italie, en Allemagne, en Espagne, au Maroc et à New York. Mais j’avais toujours gardé un pied-à-terre à Paris. Et j’étais plus jeune !

  •  EU : 3 choses que tu adores dans ton pays d’expat ?

Le climat, la viande, la musique. Le front de mer de Montevideo (las ramblas).

"La rambla Francia, quasiment sous mes fenêtres"

  •  EU : 3 choses que tu détestes dans ton pays d’expat ?

Le manque de ponctualité et d’organisation.
Le manque d’hygiène et de civisme. Entre les ordures ménagères et ce que les gens abandonnent partout, Montevideo est une ville qui n’arrive pas à être propre.
Prendre comme excuse l’appartenance au tiers-monde pour justifier ce qui ne fonctionne pas.

  •  EU : A quelles difficultés es-tu le plus confronté ? 

Les lenteurs administratives sont absolument incroyables. Il faut attendre plus d’un an pour obtenir un permis de séjour permanent, alors que vous avez fourni (et plusieurs fois réactualisé) tous les documents nécessaires. Je ne l’ai d’ailleurs toujours pas…
Les délais d’attente dans les administrations sont effarants. C’est pire que les meilleures caricatures de la sécurité sociale ou de la poste en France dans les années 1960-1970 !
J’ai connu 3 mois particulièrement difficiles, au moment des travaux de rénovation de ma maison. C’était un combat de chaque instant : il fallait être présent sur le chantier, tous les jours, et tout vérifier, tout contrôler. Je devais me battre pour obtenir ce que je voulais et que je payais ! A en croire les conversations que j’ai eues avec les autochtones et d’autres expatriés, c’est toujours comme cela dans le bâtiment : une fatalité à accepter !

  •  EU : Un fait marquant à nous raconter ? 

Je suis éberlué par la quantité de boissons que les Uruguayens absorbent. Ils consomment énormément de bière, de whisky et de coca-cola. Que chaque convive descende plus d’une bouteille de whisky au cours d’une soirée est chose courante. Le pire est qu’ils prennent le volant après !
Une autre chose m’étonne beaucoup. Les Uruguayens consomment aussi le maté. C’est une tradition. Ils ont donc toujours une bouteille thermos coincée sous le bras et une calebasse avec un suceur à la main. Que ce soit dans la rue, au travail, ou en voiture, ils ne s’en séparent jamais. Côté efficacité, ils ont un bras en moins…

  •  EU : Côté culinaire ? La France te manque ? Quelle est ta spécialité locale préférée ?

Bien sûr que la cuisine française me manque. Mais au pire, je peux toujours la faire moi-même. J’aurais surtout envie de retrouver le goût du poulet fermier !
La viande bovine est excellente en Uruguay (ndlr: c’est d’ailleurs elle qui t’a permis de gagner le jeu ! 🙂 ). C’est à peu près la seule nourriture qui soit moins chère qu’en France, alors j’en profite !

Ce que j’aime beaucoup est le « chivito » : un morceau de viande de bœuf grillé avec du fromage et du jambon et un oeuf sur le plat, servi avec des frites et des salades. J’aime aussi la « picada » : une grande variété de petits plats, chauds et froids.

"Le fameux Chivito !"

  •  EU : Plutôt des amis français, uruguayens, expatriés  internationaux ? Les uruguayens sont-ils sympas / accueillants?

Mes amis sont tous uruguayens. Ce sont les amis de Pablo, qui m’ont adopté. Sympathiques et accueillants, sans aucun doute. Je n’ai pas encore fait de rencontre personnelle, mais quand je vais au marché (2 fois par semaine), tout le monde est chaleureux.

  • EU : Les choses qui te manquent le plus de France ?

Le chocolat (le bon chocolat), le champagne, le fromage et les cerises.
La télévision, mes amis et mon activité de correspondant de presse.

  •  EU : Les choses qui te manquent le moins de France ?

La neige et le froid de l’hiver.
Le permis de conduire à points.
Les taxes foncières.

  • EU : Les projets pour l’avenir ? Envie de rentrer en France ? De faire un autre pays d’expatriation ?

"Mon pacs au consulat de France"

Il y a longtemps que je ne fais plus de projet d’avenir. Je vis au jour le jour. Comme tout
au long de ma vie, j’essaye seulement de m’adapter et d’accorder aux circonstances ce
qu’elles exigent. Je reviens en France tous les 6 mois (pour des contrôles médicaux). J’en profite pour faire découvrir le monde à Pablo qui n’avait jamais voyagé avant de me connaître. Dans l’immédiat, nous passerons la semaine sainte au Chili. Nous serons en France en mai, en Turquie en juin, aux Etats-Unis et au canada en août et en septembre. Je continuerai tant que je pourrai. Mais je ne déménagerai plus !

J’ai dû m’inscrire dès que j’ai rencontré le site sur facebook, il y a un peu moins d’un an. C’est très intéressant de voir comment les autres appréhendent le monde, comment ils vivent. J’aime cette diversité qui est très enrichissante. Mais aucune réponse à des questions (peut-être que je n’en pose pas ?) ni aucuns nouveaux amis…

  • EU : Que dirais-tu aux personnes qui ont envie de venir tenter l’aventure dans ton pays ? Des conseils ?

Pourquoi pas ? L’Uruguay est un pays qui a de l’avenir. Pour les nostalgiques des années 1960-1970, Montevideo présente comme un parfum de retour en arrière. Et si l’on excepte le phénomène (mondial) de la drogue et de la corruption avec ses conséquences (insécurité), on vit bien ici. Encore que l’inflation est galopante !

Un conseil ? Il faut s’armer de patience. Ce n’est pas toujours évident…

Un grand merci à Alhan de nous avoir fait découvrir ce pays un peu méconnu ! Nous lui souhaitons une bonne continuation, pleins de bonheurs, et surtout …. de bien garder sa patience ! 😉

Si vous souhaitez retrouver Alhan sur Expat United, cliquez par ici ! Et si vous souhaitez voyager dans d’autres pays au travers toutes nos interviews, cliquez par ! 🙂

Enfin, n’hésitez pas à laisser vos impressions et commentaires ci-dessous, ça fait toujours plaisir …!! 😀